Tisanière OFFERTE dès 70€ d'achats | Code: KUSMI70

15/01/20

Bien choisir son thé : petit lexique des différents types de thés

Le thé
Bien choisir son thé : petit lexique des différents types de thés
Thé noir, vert, blanc, rouge… Pas évident de s’y retrouver parmi toutes ces variétés de plantes dont on apprécie pourtant tellement l’infusion ! Découvrez les différents types de thé : petit tour d’horizon pour y boire plus clair !
Le thé noir, le plus populaire
Il est le plus consommé au monde, et notamment en Occident. Sa couleur foncée résulte de son processus d’oxydation, plus long que pour les thés verts ou blancs. C’est ce qui lui confère également cet arôme particulier et plus prononcé. Tous les thés proviennent cependant bien de la même plante, le théier (ou camellia sinensis). Il existe de très nombreuses variétés de thé noir. En voici quelques exemples :
• Le thé de la région d’Assam, située dans le nord-est de l’Inde, non loin du Bhoutan. Il se caractérise par son goût puissant.
• Le thé noir de Ceylan provient du Sri Lanka, puisqu’il s’agit de l’ancien nom de cette petite île. Sa saveur est corsée.
• Le Darjeeling est originaire de la ville éponyme et de sa région – le Bengale Occidental, en Inde. Cultivé sur les pentes de l’Himalaya, il offre des notes aromatiques fraîches et végétales.
• Le thé noir du Yunnan nous vient du sud-ouest de la Chine. Il est cultivé à 2 500 mètres d’altitude. Son amertume est subtile et ses notes proposent de discrets accents de terre humide.
Le thé vert, le plus asiatique
Pour sa part, le thé vert subit moins de transformations que le thé noir, puisqu’il n’est que partiellement oxydé. Le thé est rapidement chauffé à 100°C, ce qui détruit les enzymes responsables de l’oxydation. Les feuilles sont ensuite roulées en forme de bâtonnets, de boules ou de torsades. Et pour la conservation, elles sont finalement séchées. Le thé vert peut se présenter sous de nombreuses formes et provenir de diverses régions.
• Le genmaicha est un thé vert japonais agrémenté de grains de riz grillés et soufflés aux notes de noisette. Surnommé Thé popcorn, ce thé vert est emblématique du Japon.
L’histoire du thé vert Genmaicha
Selon la légende, un samouraï aurait fait couper la tête de son serviteur, Genmai, furieux que ce dernier ait renversé du riz dans son thé. Mais après avoir goûté ce breuvage, se rendant compte de sa saveur unique et délicieuse, il le nomma « Genmai-cha », en l’honneur de son serviteur (« cha » signifiant « thé » en japonais).
• Le gunpowder est un thé vert de Chine, issu de la province du Zhejiang. Il est aisément reconnaissable à ses feuilles : roulées en boules, elles ressemblent à de la poudre à canon. Rapidement exporté au Maghreb, il se retrouve dans la préparation du thé vert marocain.
• Le sencha est le thé le plus bu au Japon. Il y est d’ailleurs considéré comme la boisson de l’hospitalité ! Ses feuilles sont longues et plates. Son infusion, quant à elle, est claire et très rafraîchissante.
• Le matcha est un thé vert réduit en poudre, dont on déguste la substance même : c’est le seul thé dont la totalité de la feuille est absorbée par l’eau. Il est de plus en plus utilisé en cuisine, notamment pour aromatiser les pâtisseries.
Le thé blanc, rare et délicat
Les caractéristiques des feuilles de thé blanc sont les plus proches de celles des feuilles fraîchement cueillies (il ne subit que deux étapes de transformation : il est flétri à l’air libre et séché). Contrairement au thé vert, il n’est donc pas roulé. Le thé blanc se caractérise aussi par de longues pousses parfois recouvertes d’un léger duvet. Pour qu’il libère toute sa délicatesse, ce thé précieux doit suivre un mode de préparation à la lettre. Chaque thé blanc a ses particularités, mais de manière générale, il requiert une infusion de 5 à 10 minutes. L’eau de source minérale doit être portée entre 30 et 75°C. Pas plus. Le thé blanc préserve ainsi ses bonnes vitamines et son goût unique. Le saviez-vous ? Les plus fervents le boivent dans un gaiwan (ou zhōng), une tasse chinoise en porcelaine munie d’un couvercle.
Le thé jaune, alias le thé impérial
Le thé jaune pousse sur l’île Juan Shan du lac Dong Ting. Il croît aussi sur le mont Meng dans la province du Sichuan. Produit en faible quantité, il se fait précieux sur le marché. Sa rareté est telle que les Chinois l’ont associé au jaune, la couleur de l’empereur. Comment le thé impérial est-il préparé ? Les bourgeons et la première feuille sont récoltés. Une torréfaction est ensuite réalisée dans un wok, à l’étouffée sous de la paille. La récolte passe ensuite par une phase de fermentation durant une vingtaine d’heures. Puis elles sont roulées et séchées au four. Passons à la préparation. Le thé jaune doit être infusé durant 4 à 5 minutes dans une eau à 70-80°C. On peut ensuite le verser dans une tasse, ou dans un gaiwan (exactement, comme pour le thé blanc !). Il est ensuite temps d’apprécier ce thé riche en antioxydants, et pauvre en tanin. Une véritable douceur pour le palais et l’estomac !
Le maté, la boisson “coup de fouet”
Le maté (ou yerba mate) est une plante d’Amérique du Sud de la famille des houx. Aussi appelée « Thé des Jésuites », cette boisson stimulante (elle contient une substance similaire à la théine) se consomme traditionnellement dans une calebasse à l’aide d’une bombilla (une sorte de paille). Le maté yerba se caractérise par une saveur végétale légèrement amère. Les feuilles vertes passent aussi par plusieurs étapes de préparation avant d’être consommées : elles sont exposées à un feu vif pour désactiver leurs enzymes, puis sont séchées et légèrement torréfiées. Ensuite, elles sont réservées pour maturation (un an minimum au Paraguay et en Argentine) puis broyées.
Le rooibos ou “thé rouge”
Il s’agit d’un buisson à fines aiguilles de la famille des acacias, originaire d’Afrique du Sud. Surnommé “thé rouge”, sa saveur douce et ronde n’a pourtant rien de commun avec celle du thé. Le rooibos ne contient pas de théine, ce qui permet de le déguster tout au long de la journée. Après la récolte, le rooibos est haché, humidifié, compressé, oxydé, séché puis ensaché pour que vous puissiez le faire infuser. Tout un programme !
Le thé rose, aux fleurs d’hibiscus
Les fleurs d’hibiscus peuvent elles aussi être infusées, une fois séchées. L’hibiscus sabdariffa, autrement appelé « thé rose d’Abyssinie », est un arbuste originaire d’Afrique de l’Ouest. Apprécié dans le monde entier, il pousse également dans des pays comme l’Égypte ou encore le Mexique, où il est baptisé « flor de Jamaica ». D’une jolie couleur rose, dépourvue de théine, c’est l’infusion coup de cœur de toute la famille. À consommer à toute heure de la journée. Thé noir, thé vert, thé blanc, thé jaune, thé rouge, thé rose ou maté… Vous n’avez plus qu’à choisir. Dans tous les cas, ce sera un bon choix !