Tisanière OFFERTE dès 70€ d'achats | Code: KUSMI70

14/01/20

A la découverte du thé Darjeeling, le champagne des thés

Le thé
A la découverte du thé Darjeeling, le champagne des thés
L’Inde est un pays fascinant, aux mille et un visages. Aujourd’hui, zoom sur le Bengale-Occidental, la province indienne qui abrite la ville de Darjeeling, célèbre dans le monde entier pour son incomparable thé noir.
Darjeeling : une ville mondialement connue pour son thé d’exception
Darjeeling est un village perché sur les pentes de l’Himalaya, à plus de deux mille mètres d’altitude. Elle offre ainsi à ses visiteurs une vue somptueuse sur la chaîne montagneuse. On y accède soit par la route, soit à bord d’un pittoresque train à vapeur, baptisé le Toy Train.
Le Darjeeling est souvent surnommé
le « champagne des thés »,
pour son arôme délicat de muscat,
de fruits mûrs et sa robe ambrée.
Une fois sur place, les plantations de thé d’Inde s’étalent à perte de vue. En ces lieux, les cultures sont organisées en jardins (Makaibari, Ambootia, Arya, Phuguri, Singbulli, Thurbo…). Chaque jardin est autonome : il possède ses plants et sa fabrique propres.
Makaibari : 1er jardin bio de thé Darjeeling
Makaibari se distingue des autres jardins de Darjeeling. Et oui, vous avez affaire à la première exploitation de thé Darjeeling à avoir instauré un programme social et obtenu une certification bio. La propriété mesure 650 hectares, mais 250 seulement sont réservées à la culture du thé. Forêts primaires et champs de légumes composent l’autre part. Les engrais du jardin de Makaibari sont issus du compost. Les forêts servent quant à elles à la reproduction des prédateurs des insectes nuisibles aux plantations. Sachez qu’il est possible de visiter ce jardin du Bengale-Occidental. Selon la période, l’on peut même assister à la récolte des feuilles de thé ! En attendant, vous pouvez aussi en apprendre plus sur cet article. Comme tous les thés de la région, la première récolte annuelle du thé Makaibari ravit les passionnés !
A chaque saison, son thé d’Inde Darjeeling
Chaque année, en mars, a lieu la toute première cueillette, également la plus prisée. Les théiers sortent de 5 mois d’hibernation; les températures remontent et les jours se rallongent. Les premières pousses sont cueillies avec soin : c’est ce que l’on appelle le « first flush ». Ce thé grand cru est à la fois léger et élégant. Finement épicé, il libère un parfum exquis aux notes fraîches et végétales. Cette pépite se déguste volontiers seule, afin que rien ne vienne masquer ses arômes raffinés. Les thés de Darjeeling sont souvent notés SFTGFOP, un grade indien du thé vraiment exceptionnel. D’autres récoltes suivent plus tard, au gré des saisons… La récolte de juin présente une couleur plus ambrée. Elle donne lieu à un thé à l’amertume plus présente. Les connaisseurs aiment ses notes de muscat mûr. Les récoltes moins réputées ont lieu durant la mousson et en automne. Le thé Darjeeling a en effet perdu de sa délicatesse et de ses notes épicées… C’est grâce à sa récolte du printemps et ses saveurs exceptionnelles que le thé noir Darjeeling est entré dans l’Histoire…
L’histoire du thé Darjeeling
Le saviez-vous ? La culture du thé apparaît en Inde au 19e siècle. Robert Fortune, botaniste britannique voyageant pour le compte de la Compagnie britannique des Indes orientales, fait introduire 20 000 pieds de théiers en Inde. Les plants sont disséminés dans la région de l’Assam et sa région voisine : le Bengale-Occidental (plus précisément autour de Darjeeling).

Ce dernier choix est stratégique. Situé sur les contreforts de l’Himalaya, entre 2000 et 3000 m d’altitude, Darjeeling possède de très bonnes conditions météorologiques pour le développement des théiers.

Jusqu’au début du 20e siècle, le thé d’Inde reste essentiellement destiné à l’exportation. Direction l’Europe et l’Amérique ! Puis il s’introduit dans toutes les strates de la société indienne. Naît alors une authentique culture du thé en Inde.
La légende raconte…
Selon une légende d’Inde, le prince moine Bodhidharma partit en Chine pour prier Bouddha. Aux alentours de l’an 520, afin de ne plus dormir et prêcher le bouddhisme avec plus de ferveur, Bodhidharma décida de s’arracher les paupières et les jeter au sol. Là, deux arbustes sortirent de terre. Leur feuillage possédait un pouvoir : celui de maintenir l’esprit alerte !
Darjeeling : une labellisation unique
Et en 2011, c’est la reconnaissance absolue ! L’Union européenne reconnaît l’Indication Géographique Protégée Darjeeling. Il s’agit là de l’unique IGP de l’univers du thé ! On dénombre environ cent jardins de thé disposant de cette distinction. L’IGP permet d’éviter les contrefaçons et sert à faire respecter des conditions inhérentes à la qualité du produit. Un cahier des charges rigoureux liste une trentaine de critères sur la cueillette, les procédés de transformation ou bien la géographie. Les plantations de thé de ce versant himalayen appartiennent à une zone bien délimitée. On vous a mis l’eau à la bouche ? Vous souhaitez découvrir par vous-même toute la délicatesse du thé Darjeeling ? N’hésitez pas à déguster le first flush 2018 du jardin Makaibari de Darjeeling. Un grand cru s’il en est !